Immunomodulation des cellules NK par anticorps bispécifiques

Les succès récents des inhibiteurs de checkpoint immunologiques ont révolutionné le traitement de plusieurs cancers, si bien que l’immunothérapie constitue maintenant le quatrième pilier des thérapies anti-tumorales. Malheureusement une majorité de cancers, correspondant à des tumeurs peu infiltrées par des cellules T, dites tumeurs froides, ne répondent pas aux traitements actuels. Notre équipe s’intéresse au rôle potentiel des cellules NK capables de reconnaitre et détruire certaines cellules tumorales tout en  sécrétant des cytokines et chimiokines dont le rôle est de recruter et d’activer les différents acteurs du système immunitaire, et particulièrement les cellules dendritiques de type cDC1 capables de cross-présenter des antigènes tumoraux aux cellules T cytotoxiques. Notre projet consiste à ingénierer des anticorps multispécifiques construits à partir de nanobodies, permettant d’optimiser le recrutement et l’activation des cellules NK via le ciblage de récepteurs activateurs et/ou le blocage de récepteurs inhibiteurs. Après une étude de leur affinité et spécificité par BLI et par cytométrie de flux, la fonctionnalité de ces molécules est ensuite caractérisée en utilisant des modèles cellulaires de co-culture en 2D ou 3D (sphéroïdes), par suivi de la lyse tumorale et la sécrétion de cytokines.

En direct

Journée de rencontres avec les chercheurs de l’UMR 1068 (CRCM) le 07 avril 2020 -